12 principes pour arr?ter d’?tre GENTIL et ?tre SOI M?ME

12 principes simples pour arr?ter d??tre gentil et exprimer v?ritablement notre personnalit? pour ?tre vraiment nous-m?mes, ce qui implique parfois de savoir dire non.

Nous n?avons jamais appris les mots qui parlent de notre monde int?rieur. Depuis l?enfance, nous nous sommes mis ? l??coute des autres : parents, instituteurs, puis coll?gues, patrons, etc. Pour survivre et s?int?grer, nous avons alors cru de devoir nous couper de nous-m?me. Notre mental a b?n?fici? de tous les soins et de l?essentiel de notre ?ducation au d?pens des autres aspects de notre personne. Notre compr?hension intellectuelle des choses a donc ?t? stimul?e et encourag?e, mais le r?sultat est le suivant. D?abord, nous jugeons les autres plus vite que notre ombre ? partir d?un minimum d?informations.

Ensuite nous fonctionnons par habitude avec des automatismes de pens?es dans un univers de concept et d?id?e.

Nous fonctionnons sur un syst?me binaire, une chose est blanche ou noire : j?ai tort ou j?ai raison, z?ro ou un. Enfin, nous ne prenons pas la responsabilit? de ce que nous ressentons : je suis triste parce que tu?, je suis ainsi parce que ma m?re?, je n?ai pas le choix, etc.

Dans ce fonctionnement traditionnel, nous nous sommes coup?s de nos sentiments et de nos ?motions. Par pudeur et r?serve transmises de g?n?ration en g?n?ration, nous ne parlons pas de nous-m?me et ne connaissons m?me pas le vocabulaire pour parler des enjeux de notre vie int?rieure.

Donc, premier principe pour cesser d??tre gentil et ?tre vrai : prenez conscience de ce que vous ?tes en train de vivre. De nombreuses personnes s??puisent dans le soin de l?autre et l?oubli de soi. Cette violence qu?elles s?infligent pour bien faire fait qu?un jour, elles ne sont plus capables de ne rien faire. Pour d?velopper la conscience de ce que l?on vit, les quatre stades ? consid?rer sont:

1.L?observation

2. le sentiment

3. le besoin

4. la demande.

Commen?ons par la premi?re : l?observation. Observer des faits de fa?on neutre, sans juger ni interpr?ter est essentiel en apprenant ? dissocier le fait de l??motion qu?il suscite, et ne faire aucune supposition que l?on prendrait pour une v?rit?. Utilisez le jeu pour exprimer notre sentiment, mais exprimez-le sans interpr?tation. Par exemple, lorsque vous dites je me sens triste, inquiet, en col?re, etc., vous gardez la responsabilit? de ce que vous vivez. Lorsque vous dites : je me sens trahi et manipul?, vous traitez implicitement l?autre de tra?tre et de manipulateur, et vous restez dans un sc?nario de victime, de plainte, et de conflit.
?tre soi-m?me

Partez du principe que l?autre n?est pas l? pour satisfaire vos besoins, pas m?me votre conjoint, m?me s?il peut y contribuer.

De la m?me fa?on, vous n?avez pas ? passer votre vie ? combler les besoins des autres. Et c?est encore valable pour votre conjoint. Identifier son besoin de repos, de temps, de disposer de sa soir?e, c?est choisir de ne jamais nier ou renier ce qui nous habite.

Tous nos besoins n?ont pas besoin d??tre satisfaits, mais tous ont besoin d??tre au moins reconnus. Pour satisfaire vos besoins, formulez des demandes concr?tes, r?alistes, positives et n?gociables. C?est le caract?re n?gociable de la demande qui cr?e l?espace n?cessaire ? la discussion.

Le principe num?ro deux est de prendre conscience que l?autre est en train de vivre. Communiquer, c?est s?exprimer et ?couter.

Il faut laisser tomber la peur de se d?voiler, comme celle d?entendre l?autre dans sa souffrance et ses difficult?s. L?empathie alias la compassion est la pr?sence port?e ? ce que vous viviez et ce que vit l?autre.

Les quatre ?tapes de la pratique de l?empathie sont les suivantes :

1. ?couter sans rien faire

2. porter votre attention sur les sentiments et les besoins de votre interlocuteur

3. refl?ter les sentiments et les besoins de votre interlocuteur en les reformulant

4. observer les signes de rel?chement et de d?tente.

Envers les personnes allergiques ? l?empathie, vous pouvez utiliser la compassion silencieuse en restant tout simplement ouvert et bienveillant. Le troisi?me principe, c?est la rencontre.

Lorsque nous fonctionnons principalement sur le plan intellectuel, ce qui est le plus souvent, c?est de :

1. se louper l?un l?autre

2. rentrer de plein fouet dans la dispute

3. ne pas oser nous montrer tels que nous sommes pour ?viter les projectiles verbaux.

Mais pour marcher sur le chemin vers l?autre, vous ne pouvez pas faire l??conomie du chemin vers soi. Le quatri?me principe, c?est : soyez vous-m?me et laissez l?opportunit? aux autres pour faire de m?me. Nous sommes somm?s de correspondre aux attentes des autres pour ?tre aim?s.

Alors, nous savons faire plaisir, ?tre un bon gar?on, un bon p?re, un bon coll?gue ou un bon mari, mais nous ne savons pas ?tre tout simplement nous-m?me. En croyant ?tre responsable des sentiments des autres, nous culpabilisons, mais nous n?arrivons pas pour autant ? ?tre ? l??coute de l?autre. Prendre soin de quelqu?un, ce n?est pas de le prendre en charge. C?est avoir confiance dans les facult?s de la personne ? s?en sortir gr?ce ? ses propres ressources. Cela implique la confiance dans ses propres capacit?s.

Le cinqui?me principe est d??tre aim? comme nous sommes. Cessons de chercher ? correspondre ? l?attente des autres et de demander aux autres de correspondre ? nos attentes. Il est pr?f?rable d?aimer son fils tel qu?il est que d?aimer son projet de fils ? par exemple, un ?tre brillant qui devrait ?tre ing?nieur ? et d?aimer son conjoint plus que son projet de vie commune. Mais pour cela, il faut d?velopper un sentiment de s?curit? int?rieure dissoci? de ces r?les sociaux de bonne m?re, de bonne ?pouse, bonne fille, etc.

Cessons de nous sentir menac? par nos diff?rences et celles des autres. Cessons d?avoir peur de la d?sapprobation. Derri?re une apparente gentillesse, il y a souvent la peur de perdre, la peur du rejet et la peur de la critique. Or, pour fonder des relations satisfaisantes et durables, nous ne pouvons pas faire l??conomie de la v?rit? et de l?authenticit?. Le sixi?me principe est : dites non plus souvent. L?ob?issance ne cr?e pas des ?tres responsables mais des automates. Savoir dire non est au c?ur de quatre valeurs essentielles : le respect de l?autre et de soi, l?autonomie, la responsabilit? et la force.

Entra?nez-vous ? dire non dans des situations faciles pour pouvoir ensuite y arriver dans des situations plus difficiles.

Dire non d?une fa?on constructive et cr?ative, c?est ?galement dire oui ? quelque chose d?autre. Et c?est ?galement d?velopper sa capacit? ? entendre le non de l?autre sans le prendre de fa?on personnelle. Le septi?me principe, c?est : n?ayez pas peur des conflits. Derri?re la peur du conflit se trouve un besoin de s?curit? affective. Suis-je encore aimable ? Peut-on encore m?aimer si je ne suis pas d’accord ? Mais le conflit est ?galement une formidable opportunit? d??volution. Le huiti?me principe est : bien g?rer sa col?re. Exprimer ou entendre la col?re peut sembler difficile. La col?re est pourtant un formidable signal d?alarme sur notre tableau de bord int?rieur, le signe qu?il faut nous mettre aux soins intensifs de notre propre ?coute. Et enterrer ses col?res, c?est v?ritablement s?assoir sur un champ de mines.

Un jour, ?a p?te et ?a se transforme en agression sur quelqu?un. Prendre soin de ses col?res consiste ? : – Nous taire plut?t qu?exploser, car si nous explosons ? la figure de l?autre, l?agress? ne pourra pas bien nous entendre – Accueillir toute notre col?re : accepter que toute la violence qui est en nous sert d?exutoire.

Il faut ?tre capable de bien la regarder en face avec ses images et ses fantasmes. – Identifiez les besoins insatisfaits. – Identifiez les nouveaux sentiments qui peuvent se manifester. Derri?re cette col?re, il peut y avoir la fatigue d?une situation. Et derri?re cette fatigue, un besoin de changement. – Dire notre col?re. Id?alement vous pouvez l?exprimer seulement lorsque la tension est rel?ch?e.

Pour ?tre capable d??couter la col?re d?autrui, essayez de rester patient et de pratiquer l?empathie. Le neuvi?me principe, c?est d??viter le langage d?responsabilisant : il faut, tu dois, c?est comme ?a, je n?ai pas le choix, je n?ai pas le temps, etc. Ce langage d?responsabilisant anesth?sie la conscience et vous transforme en robot. La contrainte est inconfortable mais famili?re. Remettre en cause son sens du devoir et ses habitudes, agir par choix et par ?lan du c?ur peut faire peur.

Pourtant, la vie se trouve ici m?me dans ces enthousiasmes. Par ailleurs, regardez ? quoi et ? qui vous consacrez votre temps et votre ?nergie.

Ce sont d?excellents indicateurs de vos priorit?s, de vos choix et des besoins que vous d?cidez de satisfaire. Le dixi?me principe est : ayez un sens ? votre vie. Nous avons besoin de conna?tre le sens de notre vie, ses interactions et sa signification. Si nous ne prenons pas soin de notre besoin de nous sentir pleinement vivant, nous risquons de le combler d?une fa?on destructrice. Le onzi?me principe est : ?radiquez le syst?me punition/r?compense. Le vieux syst?me punition/r?compense ne cr?e pas de s?curit? int?rieure et de confiance en soi.

Il ne fonctionne pas mieux pour l??ducation des enfants qu?au sein des entreprises. Ce syst?me fait appel ? la peur et ? la culpabilit? au lieu de faire appel ? l?enthousiasme et ? l?adh?sion. Bien s?r, la fermet? est parfois n?cessaire.

Mais ne peut-on pas ?tre fort sans ?tre agressif ? Et pour finir, le douzi?me principe est le suivant : essayez d??tre pr?sent ? vous-m?me sans jugement trois minutes, trois fois par jour.

Posez-vous cette question : y a-t-il quelqu?un ? l?int?rieur ? Soyez ?galement reconnaissant et exprimez cette gratitude pour tous vos besoins combl?s. La gratitude est la vitamine de la relation. Rappelez-vous que la violence n?est pas l?expression de notre nature, mais celle de la frustration. Elle exprime nos besoins non reconnus ou non satisfaits. La communication consciente et non violente est un mode de r?solution des conflits qui permet de nous d?programmer du vieux syst?me de la violence.

Il n?y aura pas de paix dans le monde tant que l?homme ne prendra pas soin chaque jour de cultiver sa paix int?rieure. Cette paix se propagera ensuite par rayonnement car la paix est contagieuse..

As found on Youtube

12 principes simples pour arr?ter d??tre gentil et exprimer v?ritablement notre personnalit? pour ?tre vraiment nous-m?mes, ce qui implique parfois de savoir dire non.

Nous n?avons jamais appris les mots qui parlent de notre monde int?rieur. Depuis l?enfance, nous nous sommes mis ? l??coute des autres : parents, instituteurs, puis coll?gues, patrons, etc. Pour survivre et s?int?grer, nous avons alors cru de devoir nous couper de nous-m?me. Notre mental a b?n?fici? de tous les soins et de l?essentiel de notre ?ducation au d?pens des autres aspects de notre personne. Notre compr?hension intellectuelle des choses a donc ?t? stimul?e et encourag?e, mais le r?sultat est le suivant. D?abord, nous jugeons les autres plus vite que notre ombre ? partir d?un minimum d?informations.

Ensuite nous fonctionnons par habitude avec des automatismes de pens?es dans un univers de concept et d?id?e.

Nous fonctionnons sur un syst?me binaire, une chose est blanche ou noire : j?ai tort ou j?ai raison, z?ro ou un. Enfin, nous ne prenons pas la responsabilit? de ce que nous ressentons : je suis triste parce que tu?, je suis ainsi parce que ma m?re?, je n?ai pas le choix, etc.

Dans ce fonctionnement traditionnel, nous nous sommes coup?s de nos sentiments et de nos ?motions. Par pudeur et r?serve transmises de g?n?ration en g?n?ration, nous ne parlons pas de nous-m?me et ne connaissons m?me pas le vocabulaire pour parler des enjeux de notre vie int?rieure.

Donc, premier principe pour cesser d??tre gentil et ?tre vrai : prenez conscience de ce que vous ?tes en train de vivre. De nombreuses personnes s??puisent dans le soin de l?autre et l?oubli de soi. Cette violence qu?elles s?infligent pour bien faire fait qu?un jour, elles ne sont plus capables de ne rien faire. Pour d?velopper la conscience de ce que l?on vit, les quatre stades ? consid?rer sont:

1.L?observation

2. le sentiment

3. le besoin

4. la demande.

Commen?ons par la premi?re : l?observation. Observer des faits de fa?on neutre, sans juger ni interpr?ter est essentiel en apprenant ? dissocier le fait de l??motion qu?il suscite, et ne faire aucune supposition que l?on prendrait pour une v?rit?. Utilisez le jeu pour exprimer notre sentiment, mais exprimez-le sans interpr?tation. Par exemple, lorsque vous dites je me sens triste, inquiet, en col?re, etc., vous gardez la responsabilit? de ce que vous vivez. Lorsque vous dites : je me sens trahi et manipul?, vous traitez implicitement l?autre de tra?tre et de manipulateur, et vous restez dans un sc?nario de victime, de plainte, et de conflit.
?tre soi-m?me

Partez du principe que l?autre n?est pas l? pour satisfaire vos besoins, pas m?me votre conjoint, m?me s?il peut y contribuer.

De la m?me fa?on, vous n?avez pas ? passer votre vie ? combler les besoins des autres. Et c?est encore valable pour votre conjoint. Identifier son besoin de repos, de temps, de disposer de sa soir?e, c?est choisir de ne jamais nier ou renier ce qui nous habite.

Tous nos besoins n?ont pas besoin d??tre satisfaits, mais tous ont besoin d??tre au moins reconnus. Pour satisfaire vos besoins, formulez des demandes concr?tes, r?alistes, positives et n?gociables. C?est le caract?re n?gociable de la demande qui cr?e l?espace n?cessaire ? la discussion.

Le principe num?ro deux est de prendre conscience que l?autre est en train de vivre. Communiquer, c?est s?exprimer et ?couter.

Il faut laisser tomber la peur de se d?voiler, comme celle d?entendre l?autre dans sa souffrance et ses difficult?s. L?empathie alias la compassion est la pr?sence port?e ? ce que vous viviez et ce que vit l?autre.

Les quatre ?tapes de la pratique de l?empathie sont les suivantes :

1. ?couter sans rien faire

2. porter votre attention sur les sentiments et les besoins de votre interlocuteur

3. refl?ter les sentiments et les besoins de votre interlocuteur en les reformulant

4. observer les signes de rel?chement et de d?tente.

Envers les personnes allergiques ? l?empathie, vous pouvez utiliser la compassion silencieuse en restant tout simplement ouvert et bienveillant. Le troisi?me principe, c?est la rencontre.

Lorsque nous fonctionnons principalement sur le plan intellectuel, ce qui est le plus souvent, c?est de :

1. se louper l?un l?autre

2. rentrer de plein fouet dans la dispute

3. ne pas oser nous montrer tels que nous sommes pour ?viter les projectiles verbaux.

Mais pour marcher sur le chemin vers l?autre, vous ne pouvez pas faire l??conomie du chemin vers soi. Le quatri?me principe, c?est : soyez vous-m?me et laissez l?opportunit? aux autres pour faire de m?me. Nous sommes somm?s de correspondre aux attentes des autres pour ?tre aim?s.

Alors, nous savons faire plaisir, ?tre un bon gar?on, un bon p?re, un bon coll?gue ou un bon mari, mais nous ne savons pas ?tre tout simplement nous-m?me. En croyant ?tre responsable des sentiments des autres, nous culpabilisons, mais nous n?arrivons pas pour autant ? ?tre ? l??coute de l?autre. Prendre soin de quelqu?un, ce n?est pas de le prendre en charge. C?est avoir confiance dans les facult?s de la personne ? s?en sortir gr?ce ? ses propres ressources. Cela implique la confiance dans ses propres capacit?s.

Le cinqui?me principe est d??tre aim? comme nous sommes. Cessons de chercher ? correspondre ? l?attente des autres et de demander aux autres de correspondre ? nos attentes. Il est pr?f?rable d?aimer son fils tel qu?il est que d?aimer son projet de fils ? par exemple, un ?tre brillant qui devrait ?tre ing?nieur ? et d?aimer son conjoint plus que son projet de vie commune. Mais pour cela, il faut d?velopper un sentiment de s?curit? int?rieure dissoci? de ces r?les sociaux de bonne m?re, de bonne ?pouse, bonne fille, etc.

Cessons de nous sentir menac? par nos diff?rences et celles des autres. Cessons d?avoir peur de la d?sapprobation. Derri?re une apparente gentillesse, il y a souvent la peur de perdre, la peur du rejet et la peur de la critique. Or, pour fonder des relations satisfaisantes et durables, nous ne pouvons pas faire l??conomie de la v?rit? et de l?authenticit?. Le sixi?me principe est : dites non plus souvent. L?ob?issance ne cr?e pas des ?tres responsables mais des automates. Savoir dire non est au c?ur de quatre valeurs essentielles : le respect de l?autre et de soi, l?autonomie, la responsabilit? et la force.

Entra?nez-vous ? dire non dans des situations faciles pour pouvoir ensuite y arriver dans des situations plus difficiles.

Dire non d?une fa?on constructive et cr?ative, c?est ?galement dire oui ? quelque chose d?autre. Et c?est ?galement d?velopper sa capacit? ? entendre le non de l?autre sans le prendre de fa?on personnelle. Le septi?me principe, c?est : n?ayez pas peur des conflits. Derri?re la peur du conflit se trouve un besoin de s?curit? affective. Suis-je encore aimable ? Peut-on encore m?aimer si je ne suis pas d’accord ? Mais le conflit est ?galement une formidable opportunit? d??volution. Le huiti?me principe est : bien g?rer sa col?re. Exprimer ou entendre la col?re peut sembler difficile. La col?re est pourtant un formidable signal d?alarme sur notre tableau de bord int?rieur, le signe qu?il faut nous mettre aux soins intensifs de notre propre ?coute. Et enterrer ses col?res, c?est v?ritablement s?assoir sur un champ de mines.

Un jour, ?a p?te et ?a se transforme en agression sur quelqu?un. Prendre soin de ses col?res consiste ? : – Nous taire plut?t qu?exploser, car si nous explosons ? la figure de l?autre, l?agress? ne pourra pas bien nous entendre – Accueillir toute notre col?re : accepter que toute la violence qui est en nous sert d?exutoire.

Il faut ?tre capable de bien la regarder en face avec ses images et ses fantasmes. – Identifiez les besoins insatisfaits. – Identifiez les nouveaux sentiments qui peuvent se manifester. Derri?re cette col?re, il peut y avoir la fatigue d?une situation. Et derri?re cette fatigue, un besoin de changement. – Dire notre col?re. Id?alement vous pouvez l?exprimer seulement lorsque la tension est rel?ch?e.

Pour ?tre capable d??couter la col?re d?autrui, essayez de rester patient et de pratiquer l?empathie. Le neuvi?me principe, c?est d??viter le langage d?responsabilisant : il faut, tu dois, c?est comme ?a, je n?ai pas le choix, je n?ai pas le temps, etc. Ce langage d?responsabilisant anesth?sie la conscience et vous transforme en robot. La contrainte est inconfortable mais famili?re. Remettre en cause son sens du devoir et ses habitudes, agir par choix et par ?lan du c?ur peut faire peur.

Pourtant, la vie se trouve ici m?me dans ces enthousiasmes. Par ailleurs, regardez ? quoi et ? qui vous consacrez votre temps et votre ?nergie.

Ce sont d?excellents indicateurs de vos priorit?s, de vos choix et des besoins que vous d?cidez de satisfaire. Le dixi?me principe est : ayez un sens ? votre vie. Nous avons besoin de conna?tre le sens de notre vie, ses interactions et sa signification. Si nous ne prenons pas soin de notre besoin de nous sentir pleinement vivant, nous risquons de le combler d?une fa?on destructrice. Le onzi?me principe est : ?radiquez le syst?me punition/r?compense. Le vieux syst?me punition/r?compense ne cr?e pas de s?curit? int?rieure et de confiance en soi.

Il ne fonctionne pas mieux pour l??ducation des enfants qu?au sein des entreprises. Ce syst?me fait appel ? la peur et ? la culpabilit? au lieu de faire appel ? l?enthousiasme et ? l?adh?sion. Bien s?r, la fermet? est parfois n?cessaire.

Mais ne peut-on pas ?tre fort sans ?tre agressif ? Et pour finir, le douzi?me principe est le suivant : essayez d??tre pr?sent ? vous-m?me sans jugement trois minutes, trois fois par jour.

Posez-vous cette question : y a-t-il quelqu?un ? l?int?rieur ? Soyez ?galement reconnaissant et exprimez cette gratitude pour tous vos besoins combl?s. La gratitude est la vitamine de la relation. Rappelez-vous que la violence n?est pas l?expression de notre nature, mais celle de la frustration. Elle exprime nos besoins non reconnus ou non satisfaits. La communication consciente et non violente est un mode de r?solution des conflits qui permet de nous d?programmer du vieux syst?me de la violence.

Il n?y aura pas de paix dans le monde tant que l?homme ne prendra pas soin chaque jour de cultiver sa paix int?rieure. Cette paix se propagera ensuite par rayonnement car la paix est contagieuse..

As found on Youtube

About the Author

Follow me

Christophe Daroux est engagé dans le domaine du développement personnel depuis près de 30 ans maintenant . Certifié Master en Hypnose Ericksonienne, en Hypnose Humaniste et en PNL (Programmation Neurolinguistique) à l'Institut Français d'Hypnose Ericksonienne (IFHE Paris) formé? directement par son fondateur Olivier Lockert.


{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}