Dégager la Conscience de ses objets

dégager la conscience de ses objets

Dégager la Conscience de ses objets

Revenons à… il y a quelques jours, lorsque j’ai décrit le processus du neti-neti l’enfant qui se différencie de sa mère… et il atteint un certain… stade dans l’enfance avec un sentiment de soi clairement défini : “je suis le corps”. Je ne suis nettement pas le corps de ma mère. Je ne suis pas le berceau, je ne suis pas la chambre, je ne suis pas les sons ambiants, je suis ce corps. Donc, ça, c’est le… le stade …jusqu’où la nature nous a développés. C’est le stade où s’arrête la plupart des gens. Donc, ce que nous faisons ici, c’est simplement de poursuivre ce processus de nous différencier de notre expérience objective.

Et au lieu d’aboutir au stade “je suis le corps”, et non le monde. Dans l’expérience du bébé, il fusionne avec le monde, l’expérience de l’enfant est “je suis le corps”, puis cela devient l’expérience de l’adulte mais…. notre processus ici est de continuer ce processus de séparation jusqu’à revenir à … Nous nous distinguons de tout ce qui est objectif, et nous réalisons : je suis la Conscience. Ce n’est pas “je, le corps” qui est conscient du monde, c’est “je, la Conscience” qui suis conscient du corps et du monde ou du corps, du mental et du monde.

 

 

Donc, le “je, la Conscience” qui est conscient du corps, mental et le monde n’est pas… Ce n’est pas le soi séparé. Le soi séparé est l’entité illusoire qui semble voir le jour lorsque la Conscience se mélange au corps ou aux limitations qui appartiennent au corps donc, lorsque ces limitations qui relèvent du corps sont surimposées à la Conscience, on obtient cette entité que l’on appelle le soi séparé, et le soi séparé se sent conscient mais il se sent également limité. La raison pour laquelle il se sent conscient, c’est qu’il est fait de la Conscience, et la raison pour laquelle il se sent limitée, c’est que les limitations du corps lui ont été surimposées.

Donc, le soi séparé est un mélange de la Conscience le seul et véritable soi de la pure Conscience, plus les limites du corps.

Et cela crée l’entité illusoire autour de laquelle gravite la vie de la plupart des gens. Donc, “je, la Conscience” n’est pas le soi séparé. Lorsque nous continuons de nous séparer de l’expérience et qu’il y a la reconnaissance “je suis la Conscience”, et par la suite, nous réfléchissons sur la nature de la Conscience ou plutôt la Conscience demeure en elle, en tant qu’elle-même et est libérée des limitations du corps, nous aboutissons à cette reconnaissance : je suis la Conscience infinie. Je, la Conscience, suis indépendante, pure, Je ne suis pas mélangée avec quelque chose d’autre que moi-même.

Donc, il ne s’agit plus du soi séparé, Le soi séparé est le mélange de la Conscience plus le corps, la Conscience s’est à présent séparé du corps, “je suis pure Conscience”. Par “pure”, j’entends non mélangé avec le corps et le mental, Donc, ce n’est plus le soi séparé, mais il reste encore – et j’en arrive plus précisément à ta question – il y a encore une distinction entre la Conscience et ses objets.

Donc la position “je suis la Conscience infinie” est une position d’éveil.

Mais il y a encore des objets ou ou encore l’apparition d’objets qui semblent être séparés et distincts de la Conscience, de fait, nous pourrions l’appeler une “dualité éclairée”. où nous nous sommes reconnus être la Conscience infinie, mais il y a encore les objets, les pensées, les sensations et les perceptions dont nous sommes conscients.

D’accord ? C’était là, votre question, à propos de la distinction entre la Conscience et ses objets.

Votre question était : est-ce que la Conscience qui est consciente des objets est le soi séparé ? Eh bien, cela correspond à une étape intermédiaire. Donc, ce que l’on fait dans nos yoga-méditations, ce que l’on faisait ce matin, c’est d’éliminer cette distinction apparente entre la Conscience et ses objets. En fait, nous n’abolissons pas cette distinction parce que dès le départ, ils n’ont jamais été distincts. La distinction entre la Conscience et ses objets a été surimposée à notre expérience. Mais elle était nécessaire, en tant qu’étape intermédiaire, pour séparer la Conscience de la masse homogène de l’expérience, qui correspond à l’expérience des bébés, des animaux, car sans ce processus de séparation, il n’y a que l’expérience. Il n’y a qu’une masse d’expérience, c’est la façon dont les animaux vivent l’expérience, ou encore un bébé.

Donc, il y a ce processus de séparation, où nous aboutissons tout d’abord à la reconnaissance “je suis le corps”, Puis, nous prenons du recul et nous réalisons que “je suis la Conscience”, puis nous reculons encore plus et nous réalisons “je suis la Conscience infinie”.

Donc, au stade du nourrisson, la Conscience fusionne avec l’expérience, et au travers du processus du neti-neti, la Conscience se désemmêle de l’expérience, et à un certain moment, elle reconnaît sa nature: je suis la Conscience infinie. Mais nous devons alors revenir aux objets dont nous nous étions séparés et cette fois-ci, au lieu que la Conscience se perde dans l’expérience comme c’est le cas pour le nourrisson, et pour l’animal cette fois, l’expérience se perd dans la Conscience. Et la contemplation que nous avons faite ce matin est cette… nous effectuions cette dissolution de l’expérience dans la Conscience. Donc, nous avons exploré les pensées, les sensations et les perceptions et nous avons réalisé qu’ils n’étaient autre que la Conscience.

Donc, dans ce cas…

dans le cas du bébé et de l’animal, la Conscience se fond ou est perdue dans l’expérience. et nous disons : il n’y a que l’expérience. C’est l’état pré-egoïque. Puis, l’ego est séparé : l’éveil, la reconnaissance de la Conscience infinie. Et ensuite, dans la sadhana “post-éveil”, l’expérience se fond dans la Conscience, et alors nous abolissons à nouveau la distinction entre la Conscience et ses objets, ce qui semble présenter des similarités avec l’état pré-égoïque, mais c’est plutôt un état post-egoïque.

Et ça, c’est le parachèvement de…de… la reconnaissance de notre véritable nature, pas seulement en l’absence d’expérience objective mais au milieu de l’expérience objective. Dans les deux cas, il n’y a qu’une seule chose : dans le cas du bébé, il y a seulement l’expérience, et dans le cas de celui qui a reconnu sa véritable nature, il n’y a que la Conscience. Elles semblent être pareilles.

C’est comme deux personnes qui regardent la télé. L’une des personnes dit “je vois un paysage”, l’autre personne dit “je vois un écran”. Tous les deux voient exactement la même chose. Mais leur interprétation fait que l’un voit un paysage et l’autre voit un écran. Donc c’est pourquoi la… Réalisation du Soi est parfois assimilée à l’état d’un enfant.

Parce qu’il existe des similarités. Mais c’est une erreur de croire que nous revenons à l’état pre-egoïque de l’enfance. Nous ne régressons pas à un état pre-egoïque, nous évoluons vers une reconnaissance post-egoïque. C’est pourquoi, dans la tradition Zen, par exemple, ils disent que pour commencer, les rivières sont des rivières, et les montagnes sont des montagnes.

Étape intermédiaire : les rivières ne sont plus des rivières et les montagnes ne sont plus des montagnes.

Mais dans le dernier stade, les rivières sont à nouveau des rivières et les montagnes sont à nouveau des montagnes, autrement dit, elles ressemblent au premier stade, elles semblent identiques.

Mais dans le premier cas, les rivières et les montagnes sont faites d’une chose que l’on appelle matière, et dans le dernier cas, elles sont faites d’une chose que l’on appelle Conscience. D’accord… Donc… En gros, dans cette méditation, tu nous as ramené à… La méditation… nous avons commencé ce matin, en fait, il y avait deux parties, dans la première partie de la méditation de ce matin nous nous établissions en tant que la présence de la Conscience infinie, être conscient d’être conscient, la conscience ne se quittant jamais elle-même, je ré-établissais que ce que je suis essentiellement, c’est être conscient.

Et cette expérience d’être simplement conscient est sans limites.

Puis nous visualisons l’expérience d’être conscient comme étant un espace nous avons ajouté la qualité d’espace à l’expérience d’être conscient, donc nous nous ressentons être comme l’espace vacant de la Conscience. et nous avons tout d’abord commencé à explorer les pensées qui apparaissaient dans cet espace vide; et plus nous explorions de plus près nos pensées nous réalisons, en fait, lorsque nous touchons vraiment la substance dont sont faites nos pensées elle n’est que Conscience, tout ce qu’il y a, c’est la Conscience. Et pareil lorsque nous avons commencé à bouger les doigts, l’expérience du corps est une vibration qui apparaît dans la Conscience et qui est faite de la Conscience et de même pour les sons et les vues…

Donc bien que la première partie de la méditation de ce matin avait pour but de ré-établir la présence de la Conscience, c’était en réalité un prélude à ce qui allait suivre.

L’objet principal de la méditation de ce matin était… était de voir que penser, sentir, percevoir ne sont que la Conscience elle-même. Autrement dit, nous abolissions l’apparente… nous faisons fondre l’expérience dans la Conscience. Je n’avais jamais fait l’expérience de ça et c’est une expérience tellement intime et il n’y a pas ….

de quelconque moi là, il n’y a que l’expérience, c’est vraiment très beau..

Source: Youtube