Le Grand Rire Partagé, levier de motivation en entreprise

grand rire

 Le « Grand Rire Partagé », levier de Motivation de l’Entreprise

Je vais faire quelque chose qui est très délicat, c’est de parler de rire. Parler de rire, en général, c’est très ennuyeux. Le rire, c’est bien quand on le partage. En parler, ça ennuie tout le monde, je vais essayer de ne pas être trop ennuyeux quand même. En général les conventions ou les séminaires, qui sont de grands lieux de mobilisation de l’entreprise, se terminent à peu près par cette phrase du Président Directeur Général ou du directeur puissance invitante : « Le succès de notre entreprise repose sur la motivation des hommes et des femmes qui la composent. » Après, on va bouffer. Parce que c’est facile à dire, mais ce n’est pas facile à faire. Parce que, pendant toute la réunion, on a expliqué qu’on allait demander plus à tout le monde, dans un environnement plus complexe, en donnant plus, en donnant moins à cause des contraintes économiques et concurrentielles etc.

Et alors, comme on a fait pour motiver sur la complexité, on a envoyé des slides. On a envoyé cinquante slides.

Puis, on s’est rendu compte que les gens ne comprenaient pas. Alors on a fait une autre réunion… et paf ! Cent slides. On est arrivé à une centaine de slides et les gens n’en pouvaient plus de toutes ces slides. Parallèlement, les gens peuvent être démotivés, ils ne sont pas bien, ce n’est plus leur truc, ils ont des sentiments négatifs vis-à-vis de l’entreprise, de leurs équipes parfois, ils ont peur du changement… Ils ne sont pas bien. Alors, on fait une étude de motivation. On demande à des cabinets, très honorables de passer des coups de fil dans tous les sens ou d’envoyer des mails et de répondre à quelques dizaines de questions par des collaborateurs pour savoir si c’est un peu mieux, un peu moins bien…

(des tas de sujets).

Après, on globalise tout ça et on se rend compte que « tiens ! Cette année, 66% des personnes démotivées (ce qui est tout de même un progrès, puisque l’an dernier il y en avait 67. On a gagné 1% donc on peut se féliciter.) » On se dit qu’on va le communiquer aux équipes. Alors le consultant vient et dit aux équipes « 66% d’entre vous sont démotivés ». Ce qui, comme on le dit vulgairement, nous fait « une belle jambe ».

D’autant plus que c’est nous qui lui avions dit. Souvent, ça se passe comme ça ou ça se passait comme ça il y a un certain nombre d’années, et j’entendais les gens sortir des conventions, séminaires etc. « Qu’est-ce qu’on s’est fait C**** » (Je vous laisse compléter…) Heureusement, il y avait un bonne bouffe et puis c’est toujours sympa de voir les amis, les collègues, etc. Parallèlement, moi j’étais consultant donc j’adorais toutes les histoires d’entreprise et puis j’étais passionné de rire depuis tout petit.

grand rire motivation

NicoBorie / Pixabay

Mais, bon, je ne vais pas faire toutes sortes d’interprétations, je ne sais pas ! Et je faisais des spectacles comiques qui cartonnaient. Ce n’était pas à grande échelle ni très bien produit mais ça cartonnait ! Et alors je voyais (parce que j’adorais Coluche, ça n’a rien de très original) les gens dans les spectacles de Coluche à l’époque (ou dans les miens) se marrer comme des fous et sortir en pleurant avec un enthousiasme, des étoiles dans les yeux. Et c’étaient les mêmes, qui le jour avaient eu leur convention par exemple. Alors je me disais « il y a un os là ! Ils sont sortis en disant « qu’est- ce que je me suis fait c**** ».

On pourrait croire qu’ils sont très sérieux et, en fait, ils étaient complètement déballonnés quoi ! Donc, j’ai fait ce qu’on appelait pompeusement à l’époque du benchmarking car j’ai créé cette activité de la motivation dans l’entreprise, en traitant par le rire tous ces sujets très sérieux, très intéressants (réorganisation, restructuration dans tous les sens) ou ces sujets de fort impact comme la démotivation, le malaise (je ne suis pas bien, je n’aime plus ma boîte, etc.).

Je l’ai fait, sans prétention mais avec beaucoup de motivation, et je me suis rendu compte que j’avais un impact énorme. Un impact qui me dépassait d’ailleurs. Les gens disaient « Oh il est fantastique ! Il est merveilleux ! » J’ai appelé ça « le Grand Rire Partagé ». Le grand rire pourquoi ? Parce que c’est puissant. Partagé ? Parce que ça rassemble ! C’est-à-dire qu’en aucun cas c’est de la moquerie. Tout le monde est à la même enseigne, ça rassemble. La base du Grand Rire Partagé est que ce soit vrai, que ce soit bienveillant (ne pas se moquer, on est tous dans le même bateau) et que ce soit puissant.

Après je me suis interrogé au fil des dizaines d’interventions, je me suis dit « Pourquoi ? ça fait quoi ce truc-là ? Pourquoi les gens aiment tant ça ? » Je me suis rendu compte qu’il y avait deux choses importantes : la première, c’est que ça dénoue, c’est un moyen d’expliquer la complexité.

Vous montrez d’abord comment la personne vit (ça c’est le théâtre) en injectant toute la drôlerie qui fait le bonheur. Cette émotion positive scotche le message, elle scotche des tas de choses. Je vous propose donc un petit extrait vidéo de ça. Dénouer la complexité. Vidéo 1. [Extrait vidéo 1] Un deuxième effet, c’est en fait sur les malaises. Il y a une chose incroyable chez les humains : vous lui montrez son malaise (qui peut mener à des démissions, des dépressions, etc.) et d’une certaine manière, ça le soulage.

Vidéo 2. [Extrait vidéo 2] Les gens disent parfois : « C’est merveilleux de rire de ce qui nous fait tant souffrir parce que quand on en a ri, c’est derrière nous.

» Et moi quand j’entends dire des dizaines de choses comme ça, c’est très impressionnant. Et, cette émotion positive, on pourrait dire qu’elle est franco-française. Et bien non ! Je l’ai fait et j’ai été amené à le faire dans différents pays d’Europe, des pays d’Amérique, d’Amérique Latine, en Afrique, en Arabie… Et ça marche partout ! Donc, c’est un truc assez dingue. Ce Grand Rire Partagé est universel et a ces effets-là partout. Quand on montre l’effet miroir de ce que vivent les gens avec bienveillance, vérité et puissance. Vous allez me dire « Il est bien gentil mais à quoi ça sert ce qu’il nous raconte ? » Ce n’est pas très utile parce que comme ce n’est pas une technique, ce n’est pas tellement transmissible. C’est vrai. J’en dérive quand même trois messages de cette expérience. La première, puisqu’il s’agit de rire humain (le rire est le propre de l’homme) : veillons à ne pas déshumaniser l’entreprise.

Deuxièmement, le rire est de l’émotion très positive. Et quand les gens dans l’entreprise sont amenés à vivre des émotions négatives (incompréhensions, conflits, etc.) : injectez massivement de l’émotion positive.

Sous quelque forme que ce soit : que ce soit de la joie, de l’enthousiasme… Troisièmement : enthousiasme. Dedans il y a le mot « theos » qui signifie Dieu. Alors que l’on croit ou que l’on ne croit pas, c’est un appel divin, un appel vers le haut. On demande aux entreprises et aux collaborateurs de l’entreprise de se dépasser. Et bien, rien ne peut se faire sans enthousiasme car l’enthousiasme est quelque chose qui nous dépasse et c’est cet enthousiasme qui nous permet de nous dépasser.

Merci..

Source: Youtube