Optimisme intelligent : 3 clés pour le cultiver

 

Comment fait-on pour être davantage optimiste au quotidien et surtout, quels sont les bénéfices d’avoir une telle psychologie? Vous le savez, depuis des années déjà, le domaine de la psychologie positive nous démontre hors de tout doute que les gens qui ont cette vision, cette perspective-là, optimiste, par rapport à la vie, ce sont ces gens-là qui ont les meilleurs emplois, qui ont les promotions, qui ont de meilleures relations, de meilleurs revenus et même une meilleure santé au quotidien.

Les défis par contre sont très souvent les mêmes.

On vit dans une société où à tous les jours on est exposé à des centaines d’informations négatives. La lentille médiatique qui nous est proposée par le monde des médias est constamment bourrée de cynisme et de sensationnalisme qui peut facilement venir balayer notre psychologie au quotidien. Alors comment fait-on pour faire osciller l’aiguille de la performance pour être davantage dans cette zone d’optimisme? Attention! Je ne fais pas référence ici à ces gens qui voient la vie en rose 24 heures sur 24 et pour qui il n’y a jamais aucun problème.

Je fais beaucoup référence à l’optimisme réaliste. Comment, quand on se sent atterré par une circonstance extérieure, est-ce qu’on peut faire osciller l’aiguille de la performance rapidement vers un point de vue beaucoup plus optimiste, constructif et qui nous permette de continuer notre chemin vers nos objectifs? Je vous partage trois stratégies aujourd’hui, qui sont grandement fondées sur les recherches de deux éminents docteurs dans le domaine de la psychologie positive : le docteur Martin Seligman et Mihaly Csikszentmihalyi.

Ce sont deux chercheurs éminents au niveau de la recherche en psychologie positive qui se sont posés une question très simple : «Qu’est-ce qui fait la différence, au niveau psychologique, entre les gens qui semblent vouloir exceller, qui sont heureux au quotidien et les gens qui semblent broyer du noir tous les jours et ont plus une personnalité négative? Numéro un, c’est la signification.

Les gens qui ont une vision optimiste au quotidien face à leurs épreuves ou à des circonstances extérieures, ce sont des gens qui sont capables de changer le scénario, l’interprétation et la signification de l’événement qui vient de se passer.

Aujourd’hui-même, il faut comprendre qu’autant les optimistes que les négatifs sont exposés très souvent à la même information, aux mêmes événements, à la même économie, aux mêmes opportunités. Par contre, l’histoire que l’’on se raconte à l’intérieur, le scénario que l’on décide de construire, c’est ça qui va faire toute la différence entre une vie beaucoup plus optimiste et une vie beaucoup plus négative.

Qui n’a pas eu, durant un instant dans sa vie, un incident en conduisant comme ça, sur l’autoroute. Vous vous faites dépasser à pleine vitesse par une automobile.

Immédiatement, le stress vous envahit. Vous pouvez peut-être choisir votre scénario à ce moment-là. Il y a des gens qui vont se dire : «Quel imbécile! C’est complètement fou! Il a failli tuer des gens! Ce gars-là c’est un imbécile, on devrait le mettre en prison. Où est la police lorsqu’on a besoin d’elle pour arrêter des criminels de la sorte». Un scénario se construit.optimisme intelligent

D’autres personnes pourraient se dire : «J’espère que tout est ok pour eux, que ce n’est pas une situation d’urgence à l’hôpital, que ses enfants sont en santé, que son épouse est ok». Peu importe ce que c’est. Il y a un des scénarios qui va vous amener à générer davantage de cortisol, de stress, de rage, de frustration. Quand vous allez arriver à la maison, votre épouse va vous dire : «Et puis, comment ça va?» Et vous allez encore nourrir ce scénario-là qui va encore plus amplifier le stress, l’hormone du stress, le cortisol.

Voilà le scénario que vous avez décidé de nourrir. Dans les deux cas, on ne connait pas lequel des scénarios est vrai sauf qu’il y en a un qui sera beaucoup plus constructif. Il y en a un qui sera optimiste. Souvent ces scénario-là viennent de notre façon de voir le monde, de la signification, de l’interprétation qu’on décide de construire à l’intérieur de notre psychologie.

Voici un exercice très simple à faire chaque fois que vous vous retrouvez dans un instant où vous êtes conscient que vous êtes en train de bâtir un scénario qui est néfaste, qui est négatif. Par exemple, vous voyez quelqu’un qui a de l’argent et là vous allez bâtir un scénario, vous dire : «Cette personne-là a dû être chanceuse. Cette personne-là a dû frauder les gens pour avoir de l’argent. Elle a dû tricher les gens. Tous les riches sont pareils.» C’’est un scénario très négatif, très néfaste et qui est cynique. Peut-être que vous pourriez aller vers un scénario plus constructif, optimiste : «Cette personne-là a dû travailler très fort.

J’aimerais vraiment avoir la chance d’apprendre d’elle. Je me demande quels sont les éléments qu’elle a mis en place pour créer sa détermination. Créer sa psychologie. Obtenir un tel succès.» Dans les deux cas c’est le même événement mais son interprétation, sa signification est différente.

La stratégie numéro un pour générer davantage d’optimisme, c’est d’être prudent avec ses scénarios.

Soyez prudent avec la signification et l’interprétation de ces événements qui viennent vers vous. Parfait? La deuxième chose que les optimistes possèdent et appliquent au quotidien, c’est la différence entre le permanent et le temporaire. Les gens qui sont plus négatifs vont avoir tendance à avoir une attitude lorsqu’ils vont voir un événement négatif ou lorsqu’il va leur arriver quelque chose, et se dire : «Ça a toujours été comme ça.

De toute façon, on ne m’a jamais fait confiance. On ne m’a jamais aimé. Moi, il n’y a jamais personne qui m’a écouté.» On va prendre un instant, un moment de notre vie et on va en faire une généralité, une permanence. Les optimistes sont très conscients que c’est temporaire.

Ma journée d’hier n’a pas à être représentative de ma journée de demain. Aujourd’hui ça ne va pas bien mais demain c’est une autre journée. Présentement ça va mal, cette semaine. Ce mois-ci, l’économie et mon emploi présentement vont moins bien mais je sais que c’est temporaire. Je sais que de meilleurs jours m’attendent. Ce n’est pas une question d’avoir des lunettes roses. C’est une question de décider si je reste accroché à des généralités qui ne me définissent pas et qui ne sont pas vraies. Est-ce que j’ai la foi et la croyance que je peux faire mieux, que demain puisse être mieux, que demain je peux me relever.

C’est tout à fait normal d’avoir un genou par terre et de se dire : «Je peux me relever de cette situation». Ça a énormément à voir avec ce qui est permanent ou temporaire. Très souvent, ce que l’on vit est temporaire.

Il faut avoir cet état d’esprit. Il faut avoir cette attitude-là. C’est grandement bénéfique pour nourrir une attitude plus optimiste. La dernière stratégie mais non la moindre, est très simple. C’est ce que les chercheurs Seligman et Csikszentmihalyi ont observé. Les gens qui sont plus optimistes gèrent leur vie en départements. Ce que ça veut dire, c’est que souvent c’est très étroitement lié avec la deuxième stratégie.

Très souvent les gens qui sont plus négatifs, cyniques, qui vont broyer du noir sont ceux qui vont plus avoir tendance à se sentir victime au quotidien dans leur attitude. Ce sont des gens qui, dès que ça va mal dans un département de leur vie, disons par exemple dans leur relation personnelle avec un ami, et bien ils vont prendre ce département-là et vont décider de le faire déteindre sur tous les autres départements de leur vie.

Quand ils vont être avec leur conjoint, quand ils vont aller au travail, la seule chose dont ils vont parler, c’est cette problématique dans ce département.

Les optimistes eux, sont très conscients que si ça va mal dans un département, ce n’est aucunement représentatif de tous les départements qu’ils ont à gérer dans leur quotidien. Que ce soit votre santé, que ce soit vos finances, que ce soit votre relation avec votre conjoint ou votre conjointe, que ce soit votre boulot, que ce soit vos rêves, vos cercles sociaux, il y a plein d’endroits où ça va très, très, très bien. Il faut être lucide par rapport à ça et se dire que dans un département, ça va moins bien. Il faut que je change mes actions. Il faut que je change ma façon de penser. Il faut que j’aille m’excuser. Peu importe ce qu’il y a à faire.

On va isoler le département dans lequel ça va moins bien plutôt que de l’étendre et de généraliser dans tous les départements.

Voilà mes amis, je pense qu’on a tous des petits devoirs très simples à faire. Il s’agit de se poser la question, quelle interprétation est-ce que je fais des circonstances extérieures? Des événements extérieurs? Quelle est la signification que je construis à l’intérieur de ma psychologie lorsque je suis confronté à un moment plus difficile? Si c’est souvent négatif, si vous êtes souvent victime, cynique et bien exercez-vous à construire de nouvelles interprétations et de nouveaux scénarios. Vous êtes responsables de ces scénarios-là. La deuxième chose, le permanent ou le temporaire.

On veut faire osciller l’aiguille plus dans le temporaire et avoir cette attitude-là.

Aujourd’hui, c’était de la merde demain ça sera mieux. Cette semaine c’est difficile, ce mois c’est difficile mais je sais que c’est temporaire. Il faut faire les actions aussi, pour que ce soit temporaire et le transformer en quelque chose de constructif et positif. Le dernier mais non le moindre, on a tous et toutes des départements. C’est parfaitement normal. Parfois vous allez avoir un ou deux départements qui vont moins bien aller. Isolez-le, trouvez des stratégies et passez à l’action pour régler la situation. Alors voilà mes amis. J’espère que vous avez retrouvé de la valeur dans cette vidéo-là.

Évidemment vous pouvez la partager au maximum avec optimisme avec tous les gens que vous aimez. J’espère que vous voulez aussi les convaincre et les inviter à vivre leur vie avec un peu plus d’optimisme au quotidien.

Vous pouvez toujours joindre notre chaîne sur YouTube. Pour recevoir davantage de vidéos, simplement cliquez sur «s’abonner» ici ou juste là, depuis le début de la vidéo. Je suis toujours super honoré, content de lire vos commentaires, vos questions. Ne vous gênez pas pour contribuer à la conversation. C’est votre façon peut-être de payer au suivant et de me dire un petit merci d’avoir fait cette vidéo-là pour vous. Évidemment c’est toujours un honneur de vous voir.

Mes amis, vivez votre vie avec un petit peu plus d’optimisme. Vous allez voir, les résultats vont être flagrants.

Jusqu’à la prochaine communication, soyez reconnaissant et reconnaissante, célébrez la magie d’aujourd’hui et merci sincèrement de faire partie de ces gens qui ont le courage de vouloir bâtir un monde meilleur. C’était votre ami Martin qui vous dit, au revoir tout le monde!.

As found on Youtube