Suivre le Tao

Suivre le Tao…

Juste pour aller un peu plus loin… Que faisons-nous avec la notion de responsabilité ? Je veux dire, s’il n’y a pas d’agissant, il n’y a personne responsable. Comment faisons-nous… Comment nous engageons-nous l’un l’autre dans le monde, dans nos comportements ? Bien, il n’y a pas… Nous avons à faire une distinction entre la culpabilité et la responsabilité. La culpabilité se réfère à une image de soi, à un “moi”, qui aurait fait quelque chose dans le passé. Alors, le “moi” a fait quelque chose dans le passé. Mais il n’y a rien de tel qu’un “moi” séparé qui a fait quelque chose dans le passé, Donc, tout ce qui s’est déroulé dans le passé est un acte de Dieu. En d’autres mots, la culpabilité est elle-même le péché originel. Croire être un pécheur est le péché originel.

Dieu est le seul pécheur. Prétendre être un pécheur autre que Dieu, c’est se considérer soi-même comme étant trop important.

Vous voyez, c’est un manque d’humilité. Maintenant, la responsabilité ne se réfère pas au passé, elle concerne une situation actuelle. Elle n’a rien à voir avec ce que vous avez fait en tant que personne dans le passé. En d’autres termes, dans le “maintenant”, dans la situation, nous ne sommes pas seulement responsables de nos actions du passé, nous sommes responsables de la situation actuelle, quoi que la situation exige. Si vous voyez quelqu’un qui vient d’être renversé par une voiture, et la voiture disparaît, et vous vous dites, “Oh, je ne suis pas responsable c’est le chauffeur de la voiture qui est responsable…” C’est une étrange notion de la responsabilité…

Parce que ce qui est arrivé est une action universelle, toujours. Et en appelant les secours sur votre portable, en allant vers cette personne, en faisant ce qui doit être fait, l’assister, lui parler, quoi que ce soit… Vous utilisez ce corps-mental en tant qu’outil de l’univers, un outil d’amour, un instrument d’amour, d’intelligence et de beauté.

C’est tout ! La responsabilité survient naturellement à partir du contexte, en écoutant nos sentiments, et si vous êtes libre d’une image personnelle, alors cette responsabilité s’épanouira. Le corps-mental n’est qu’un outil de l’absolu dans une situation donnée. Et bien sûr, ce qui arrive… C’est que l’opposé… Ok. Je vous donne un exemple où… apparemment, les gens peuvent argumenter que… Il y a des exemples où les gens peuvent argumenter que vous n’avez rien à faire, n’avez pas à prendre de décisions, vous n’avez pas à agir… Alors que vous, vous agissez. Et il y aura d’autres situations où les gens penseront que vous devriez agir d’une certaine façon, selon les conventions… Ils voudront vous mettre dans une boîte. Mais quand vous regardez à la situation, vous voyez que si vous suiviez ce qu’ils veulent, vous ne leur seriez pas réellement utile, parce que vous les garderiez également dans la boîte…

Ils veulent vous garder dans une boîte parce qu’ils sont dans une boîte.tao

Si vous les laissez vous garder dans la boîte, vous devenez un complice et les maintenez dans une boîte. Il y a des situations où vous allez agir d’une façon qui est, apparemment, je dis apparemment non conventionnelle, et même apparemment sans amour, mais à dessein, parce que vous ne voulez pas… Vous voulez que ces personnes soient libres de leurs notions limitées d’être une personne avec des besoins, avec leurs désirs, en justifiant leurs faiblesses personnelles, en vous demandant de les approuver. Alors que vous voulez qu’ils grandissent, qu’ils soient libres, qu’ils soient indépendants…

Vous voulez qu’ils soient matériellement, mais plus important, psychologiquement indépendants. Donc, la responsabilité prend plusieurs formes… Ce que vous faites lorsque vous agissez avec responsabilité ne peut pas être placé dans un livre de recettes. Cela va se découvrir dans le contexte, seulement. Et le secret ici, c’est de penser, de sentir et d’agir d’un point de vue impersonnel.

(Q.) Mais alors, où se trouve le rôle de la coopération de quelque chose, de quelqu’un, …c’est difficile de mettre en mots… répondre, aller au-delà des mots…

L’idée de coopérer ou de répondre à la conscience, est-ce, toujours, la conscience se répondant à elle-même ? (F.) Oui ! En d’autres termes, c’est cette connaissance que la situation extérieure est créée par la conscience… En l’absence d’une image de soi, nous permettons à la conscience de créer également la situation intérieure, la situation subjective, qui va dicter certaines sortes d’actions ou de non actions. Et ensuite, quoi qu’il arrive, est ce que j’appelle coopération ou harmonie, s’écouler avec le courant de l’univers. Alors que si ce qui est à l’intérieur de cette petite boîte est vu comme différent de la situation extérieure ici, cette séparation conduira à des décisions, des actions, etc. qui ne seront pas harmonieuses, qui ne s’écouleront pas avec le Tao…

Qui ne seront pas en amour, avec l’intelligence, la vérité… avec l’intelligence, l’amour et la beauté. C’est en relation avec cette absence… C’est la même chose à tous niveaux… Lorsque nous voyons cela clairement, cette absence de séparation, vous voyez…

Si nous venons de ce point de vue, universel, non séparé… Ou au moins si nous tentons réellement, de bonne foi, ce sera suffisant pour arriver à ce point de vue. Agir à partir de cette perspective, essayer sincèrement. C’est tout ce qui est nécessaire. Cela peut-être… comment dire… une expérience au début, un peu… une tentative, mais cela n’a pas d’importance. Ce sera… En dépit de ses défauts apparents une telle action sera en réalité la perfection en mouvement. (Q.) Juste la dernière question…

Si nous utilisons l’analogie de la vague et de l’océan, comment diriez-vous juste ce que vous venez de dire ? Quelle est la relation entre… ou la compréhension de la vague dans sa relation avec l’océan ou dans sa réponse…

Y a-t-il vraiment une réponse ? (F.) Je ne suis pas sûr que la métaphore de la vague et de l’océan s’applique à tous les cas. Pouvez-vous reformuler votre question ? (Q.) Je suppose que la question est… Je suppose je cherche une analogie, pour m’aider à sentir.. comme un rappel… quelle est la relation correcte… quelle est une compréhension intelligente de la relation… Je suppose plutôt que responsabilité, il s’agit de réactivité ? Tel qu’être responsable plutôt que de penser qu’il y a un “je” qui est responsable ? (F.) Oui ! Tout d’abord, notre corps/mental, notre cerveau/mental n’est pas séparé du reste de l’univers.

Alors, de même que lorsqu’un évènement survient dans le monde, c’est un évènement cosmique, lorsqu’un évènement survient dans le mental, c’est également un évènement cosmique.

Dans tous les cas ! Cela doit être clair que nos pensées sont elles-mêmes des vagues, de même que les vagues dehors quand il y a du vent, quand il y a un accident, un tremblement de terre, quelqu’un qui nous insulte. Celles-ci sont des vagues extérieures ; nos pensées sont aussi des vagues du même océan. Du même océan ! Maintenant, cela étant compris, nous avons à comprendre ce qu’est l’ignorance… L’ignorance est une décision prise par la conscience de croire qu’elle est une vague, parmi les autres vagues et d’être capable, en tant que vague, de se mouvoir comme il lui plaît dans cet océan .

Maintenant, les vagues dans l’océan sont comme ça, se succédant l’une l’autre, parce qu’elles ne sont pas séparées, vous voyez ce que je veux dire ? Vous ne pouvez pas séparer une vague d’une autre parce que c’est le mouvement de l’océan comme un tout.

Maintenant, imaginez que dans cet océan il y a une vague qui est une vague rebelle, qui plutôt que se laisser mouvoir par l’océan, a son propre petit hors-bord, si vous ….son moteur, son radar, et cette vague a son propre système de propulsion, passe à travers toutes les vagues et les coupe… Vous voyez… Alors, bien sûr, dans l’océan cela n’est pas vraiment possible, mais dans la métaphore cela est possible parce que cette notion de ces vagues séparées ayant leur propre liberté est une décision qui a été prise par l’océan lui-même, d’accord ! Comme l’océan a le contrôle de toutes les vagues, l’océan peut également créer cette vague ‘sauvage’, cette vague rebelle et créer tout ce chaos dans… Mais l’océan peut stopper le jeu à tout moment.

Lorsque l’océan arrête le jeu de la vague rebelle, alors la totalité redevient comme d’habitude, paisible, harmonieuse…

Voilà, c’est la métaphore que je peux utiliser..

As found on Youtube